forum sur le paranormal, le spiritsme
 
AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les rites funéraires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
membre-déchu



Messages : 644
Date d'inscription : 23/01/2010

MessageSujet: Les rites funéraires   Ven 23 Avr - 1:32



La tolérance des hindoux, en matière spirituelle
est remarquable.


Nul pays n'offre une telle palette de cultes religieux
(hindouisme, islam, bouddhisme, christianisme, jaïnisme) que l'Inde,
sans compter une multitude de cultes locaux.


De par sa constitution, l'Inde est religieusement neutre. Aucune
distinction de classes ou de sectes religieuses n'est reconnue et toute
référence à la religion est exclue.


Ce pays a cependant conservé un certain sens du sacré, en
considérant que tout personnage illustre était une représentation du
divin.


L'hindouisme ne cherche pas à proclamer une vérité religieuse et à
faire un effort intellectuel pour accepter une vérité doctrinale qu'il
faudrait prouver et démontrer; il veut s'intégrer aux sources mêmes de
l'Etre, à l'essence spirituelle de la vie, Absolu neutre et impersonnel.
La nature de cette ultime réalité est inconnaissable et toute
définition de l'Etre est refusée par la pensée hindoue. Ce qui unit tous
les Hindous, c'est l'acceptation d'une hiérarchisation à la fois
cosmique et sociale, les castes et les multiples sous-castes d'une part
et les quatre stades principaux de la vie individuelle de l'autre,
(étudiant, chef de famille, philosophe ermite, ascète errant). La base
de ce principe métaphysique et social est le concept de loi divine
universelle, le dharma, principe moral de causalité qui règle le
processus naturel de la perpétuelle transformation de la création.


Ce " dharma ", régit également la vie de chaque individualité et
son but est de libérer l'homme de la roue infernale des naissances et
des morts et des servitudes déterminisme. L'hindouisme est véritablement
une gigantesque entreprise de la délivrance de soi par la réalisation
du soi; ce soi intérieur s'identifie avec l'ultime essence, le Brâhman.
L'ascète hindou est le vivant exemple, pour la société, du but à
poursuivre pour obtenir la délivrance. L'Inde fait enter son concept de
l'art dans la philosophie de la vie. En suivant l'école philosophique du
Vedanta, ( une des écoles traditionnelles qui traite de l'aspect
métaphysique de sa pensée ), on peut dire que le monde des phénomènes
est vu non pas comme une réalité en soi, mais comme un aspect relatif de
l'Etre (Dieu). Le monde phénoménal ou les êtres humains vont et
viennent dans une série sans fin de réincarnations est illusoire; la
libéralisation finale est la sortie de ce cycle de douleurs, de misère
et de mort sans fin. Cette libéralisation s'obtient par une sévère
éthique, par une grande foi dans la vérité éternelle et par des
techniques de réintégration spirituelle qu'enseigne le yoga.


La tendance de la pensée hindoue est spirituelle et religieuse. La
conception de l'homme y est subjective, le Moi personnel perd toute son
importance, et sa valeur absolue en face d'un Soi, unique réalité,
reflet du divin incarné dans l'être humain, et dénuée par toute la
tradition spirituelle hindoue. L'unique réalité l'atman (nom de l'Absolu
présent dans l'être humain, selon la métaphysique hindoue, c'est le Soi
de chacun), se revêt de formes corporelles, et cette conscience passe
de corps en corps selon la loi des effets de l'acte, le karma.
L'hindouisme est une contemplation, une réalité du divin, dirigés par
des techniques de méditation précises et transmises habituellement par
une initiation.


Le sage est considéré comme supérieur au Saint. Il n'y a pas de
sauveur, d'être supérieur présentant une doctrine révélée, pas
d'intermédiaires entre l'homme et l'Absolu, pas d'Eglise ni de clergé,
sinon des professionnels, issus de la caste des brahmanes, chargés des
rites ayant pour but l'entretient des temples, demeures des dieux,
figuration des grandes forces cosmiques divines. Le culte dirige ces
forces et les canalise pour le bien des hommes. Tout étant sacré, tout
étant divin, l'organisation de la caste est un reflet matériel d'une
réalité divine, et possède malgré tous les excès que reconnaissent les
hindous, une base religieuse fondamentale.

@rites funéraires

Il faut savoir que chez lez Indouistes, les rites funéraires sont quelques chose de sacrés.




Temple Hindouiste.

Revenir en haut Aller en bas
 
Les rites funéraires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le livre des rites funéraires
» Les rites funéraires
» Rites funéraires bouddhiste
» Les Puits Rituels et Funéraires
» Néolithique alsacien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
les portes de l'au-dela :: bienvenue :: Religions et Croyances :: L'hindouisme-
Sauter vers: